Nous contacter
10 Rue Gazagne, 31300 Toulouse
contact@rougeslesanges.com
06 99 52 97 65

A partir de 6 ans

45 mn

Sorcière toi-même

Création 2023

Quand les anges- aussi rouges soient-ils – s’emparent de la question des sorcières…

En opposant le blanc et le noir, le bien et le mal, la force et la faiblesse, on démontre une vision binaire comme unique façon de penser. On ne voit rien des nuances de gris, on laisse tomber le multiple et le varié, le fleuri et le fouillis, pour se contenter du basique et monotone, du plat sans fissure. On fuit l’aventure et on finit par croire que tout se résume à pile ou face.
Procéder ainsi, c’est s’éloigner de l’humain. Plus complexes que cela nous sommes. Rien à voir avec ce petit jeu des dualités qui s’affrontent mesquinement. Plus grands nous sommes quand nous prenons conscience que nous ne connaissons qu’une infime partie du monde qui nous accueille, des forces qui nous gouvernent, des pouvoirs que nous gardons cachés dans les poches.
Et par rebond c’est donc limiter le champ de l’ouverture en général, mais surtout réduire celui de l’imaginaire, de la fantaisie et de l’onirisme.
Juxtaposer la couleur rouge à la figure de l’ange, c’est une façon de refuser la vision manichéenne, qui cherche encore et toujours à nous faire rentrer dans des boites à étiquette unique.
La figure de la sorcière est multiple. Entre mythe, conte, fantasme, réalité historique, et finalement, au creux de tout cela, l’image d’une certaine femme, symbole de dissidence…

Qui étaient les sorcières ?

À partir de la fin du Moyen Age, celles qu’on a appelées les sorcières étaient principalement des sages-femmes, guérisseuses et avorteuses. Elles détenaient une pharmacopée et des savoirs ancestraux que les théologiens ne reconnaissaient pas. La plupart manifestaient une certaine indépendance, étaient veuves ou sans maris. Ces femmes détentrices d’un certain savoir, et par extension d’un certain pouvoir, furent qualifiées d’hérétiques car leurs pratiques médicinales « magiques » ou relevant de la superstition ne pouvaient que les relier au Malin.

Dans un contexte de famine, de pauvreté, de méfiance, et de misogynie généralisée, il n’en fallait pas plus pour en faire des boucs émissaires.

On les a donc chassées, écrouées, torturées, et enfin on les a brûlées sur le bûcher, en place publique. À la base de l’accusation, il suffisait d’une réputation.

Pendant deux siècles… 50 000 y sont passées, c’est le compte à vue de nez qu’on en a fait… Peut-être 100 000, massacrées. C’était l’Eglise qui le voulait, et puis le peuple applaudissait.

Dans cette période, nourrie par une crainte farouche des femmes et surtout de celles dont la puissance pouvant s’avérer incontrôlable, il a été aisé d’associer l’image de la sorcière à celle de la vieille femme, laide et dangereuse, pratiquant la sorcellerie et pactisant avec le diable pour nuire aux populations.

L’histoire

Un garçon de 8 ans se passionne pour les sorcières, celles qui se déplacent en balai, usent de magie, de potions, de mauvais sorts et d’abracadabras.

Au travers de ses lectures, se développe petit à petit l’idée que sa mère, herboriste passionnée et distillant huiles essentielles et macérâts, pourrait bien avoir quelques pouvoirs inavouables…

Celle-ci, passée à la question par son fils, aborde le sujet avec ambiguïté et humour, l’incitant à mener l’enquête et à se faire sa propre opinion.

Le jeune garçon, parfaitement conscient de son état de marionnette, soudoie sa marionnettiste qui par la « magie du théâtre », le transforme et lui permet un voyage au XVI ème siècle.

En plongeant dans l’Histoire, il découvre la véritable condition d’une femme, herboriste et guérisseuse, accusée de sorcellerie. Il assiste à une situation qui dégénère et à sa dénonciation comme sorcière …

De ce voyage, il rentre grandi et porteur de nouvelles réflexions sur les sorcières, les femmes et ce que l’on nomme communément « magie ».

  • Mise en scène

    Laurence Belet

  • Texte

    Laurence Belet et Loïc Balarac

  • Comédiens marionnettistes

    3 personnes (distribution en cours)

  • Construction marionnettes

    Delphine + en cours

  • Scénographie

    Delphine Lancelle

  • Musique originale

    Philippe Gelda

  • Bande son

    Joël Abriac

  • création lumière et régie

    Marco Gosselin

  • Costumes

    Kantuta Varlet

  • Administration/Production

    Ségolène Geindre

  • creation

Notes de mise en scène

Ces dernières années ont vu arriver « Le retour en grâce de la sorcière ». Reconnue comme une victime emblématique des violences faites aux femmes – et du système patriarcal dans son ensemble - la figure de la sorcière est devenue une icône féministe, symbole de la libération de la femme et de la domination masculine. Certains essais - dont l’excellent « Sorcières » de Mona Chollet- œuvrent dans ce sens.

Pourtant, sa représentation dans les contes et la littérature jeunesse continue de perpétuer une image négative de la sorcière. Certes il y a bien quelques gentilles sorcières, parfois drôles, mais la plupart du temps, elles sont représentées comme des personnages maléfiques, entretenant alors la vision erronée qu’on a injustement attribuée à ces femmes. Les actes barbares dont elles ont été les victimes peuvent même alors paraître légitimes …

Dans ma volonté de créer un spectacle autour de la figure de la sorcière, l’idée est de remettre ces femmes, victime d’injustices sans précédent, au centre de l’Histoire. Il est grand temps de réhabiliter leur image, y compris chez les plus jeunes.

Pas question pour autant de gâcher le plaisir des enfants qui grandissent et s’endorment avec Cornebidouille, Babayaga, et autres sorcières vertes ou violettes à chapeaux pointues !

 Ce sera plutôt l’occasion de juxtaposer la figure de femmes, offrant leur savoir de « guérisseuses », indépendantes et fortes, à celles des sorcières de leurs contes.

L’envie me prendra sûrement, en passant, de parler du fait que tout ce qui ne pouvait être expliqué par la connaissance ou la science à l'époque effrayait la plupart, et ce qui était appelé sorcellerie ou magie relevait souvent plus de l’ignorance que de phénomènes paranormaux.

D'ailleurs, cela n'a pas véritablement changé et l'on n'oubliera pas de faire un parallèle avec notre époque où l’on continue de craindre ce que la science ne peut expliquer…

Évoquer encore, puisqu’on y est, leur connaissance des plantes curatives - notion toujours d’actualité (phytothérapie, herboristerie…) - qui continue de diviser scientifiques et population…

Faire de ce spectacle un voyage initiatique original, aux résonances multiples.

Et pourquoi pas laisser s’immiscer la question du rapport entre la femme et l’homme dans nos sociétés actuelles à ces (très jeunes et néanmoins) futurs adultes en construction ?

C’est à mon sens la place du spectacle jeune public que de proposer au travers d’un moment ouvert sur l’imaginaire, à l’esthétique léchée et à l’écriture percutante, un questionnement sur des sujets qu’il fait bon aborder par les temps qui courent.

Laurence Belet

 

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site.